Synthèse à basse température

La méthode CDV, Chemical Vapour Deposition

 

Cette méthode est sans doute la plus complexe des méthodes de synthèse de nanotube mais sans doute la plus prometteuse, elle permet d’obtenir les nanotubes les plus purs de toutes les techniques de synthèses.

Tout d’abord il est nécessaire de posséder une membrane d’alumine. L’expérience doit se passer dans un univers de mélange gaz nobles comme le monoxyde de carbone ou un hydrocarbure tel que l’acétylène ou le méthane. En suite il faut un catalyseur de métal de transition comme le fer ou le nickel.  Pour commencer, on transforme la solution en aérosol transporté par un gaz inerte jusqu'à un four dont la température peut varier en 750 et 900°C

Les nanotubes vont ensuite se déposer sur une plaque de silicium utilisée pour faciliter la récupération des nanotubes, ou bien tout simplement, sur la parois en verre du four par exemple. On a l’impression qu’ils « poussent » sur ces supports.

 

 

Les nanotubes synthétisé sont multi feuillés et alignés comme on peut le voir ci-dessus. C’est dû à l’apport constant de nanotube par aérosol ce qui les oblige à s’organiser de façon à utiliser le moins de place possible.

Pour finir cette synthèse CVD, il faut recuire les nanotubes afin de faire disparaître le gros des impuretés et avoir des nanotubes encore plus rectiligne.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×