Risques environnementaux et moyens de prévention

Les connaissances relatives aux nanotubes de carbones voire aux poudres ultrafines doivent donc être généralisés en demeurant cependant prudent compte tenu des changements importants des propriétés chimiques et physiques des particules dont le diamètre est inférieur à 100 nm.

Les nanotubes de carbone sont combustibles et peuvent former un mélange explosif avec l’air sous certaines conditions. Le comportement des nuages de nanotubes de carbone devrait se rapprocher de celui des nuages de gaz.

Cependant, la présence de très fines particules est susceptible de bouleverser significativement le régime d’échanges thermiques. Les projections théoriques prédisent que la vitesse de flamme pourrait être plus élevée mais également moins prévisible. Dans ce contexte, les modèles habituellement utilisés pour les explosions de gaz et de poussières deviendraient caducs, en particulier dans la manière de dimensionner les dispositifs de sécurité. Ainsi que la vitesse de la flamme lors des projections théoriques qui pourrait être plus élevé et moins prévisible.

Les modèles utilisés pour les explosions de gaz et de poussières deviendraient obsolètes, en particulier dans la manière d’établir les dispositifs de sécurité. A ce jour, peu d’études sont disponibles sur l’écotoxicologie des nanotubes de carbones.

Des mesures de précaution doivent donc être définies et mises en place jusqu’à ce que l’importance des expositions professionnelles aux nanotubes de carbone et les risques sur la santé correspondants soient mieux connus et évalués. Il n’existe pas, en l’état actuel du droit, de réglementation particulière applicable à ce domaine.

Des mesures de prévention doivent être définies et mise en place pour palier à ce manque d’évaluations des risques aux expositions professionnelles et les risques sur la santé humaine, il n’existe actuellement aucune réglementation particulière applicable à ce domaine.

Les principales voies de préventions sont :

  • Le port des équipements de protection individuelle est réservé aux situations où les bonnes pratiques de travail sont insuffisantes.
  • Il est recommandé de porter un appareil de protection respiratoire ; en sachant que compte tenu du fait que les objets de taille nanométrique sont susceptibles de passer par la moindre fuite.
  • Il est préconisé de revêtir une combinaison à capuche jetable (étanche aux poussières) avec serrage au cou, aux poignets et aux chevilles avant de pénétrer dans la zone de travail afin, d’améliorer le niveau de protection respiratoire et cutané.
  • Il est également conseillé de porter des sur bottes, des gants étanches ainsi que des lunettes équipées de protections latérales.

 

  • Ces effets doivent être maintenus en bon état et nettoyés, pour ceux qui ne sont pas jetables, après chaque usage. Aucune étude  actuelle ne permet cependant de déterminer l’efficacité réelle de ces équipements de protection cutanée.
  • Le stockage des produits et le traitement des déchets est primordiale les nanotubes de carbone doivent être conditionnés de manière totalement hermétique afin de réduire les dégagements de poussières, les produits ne répondant pas aux critères d’attente ce voient être traités comme des produits dangereux pour la plupart incinéré.

 

Enfin, l’information et la formation des salariés restent la meilleure des solutions, ces actions doivent concerner tous les salariés au sein de l’entreprise amenés à travailler en présence de nanotubes de carbone.

 

La formation porte sur :

 

  • Les mesures d’hygiène
  • La lecture de l’étiquetage des produits qui est la première source d’information fournie à l’utilisateur pour les dangers présentés
  • L’utilisation et la maintenance des équipements
  • Les risques sur la santé mais aussi d’incendie
  • Les risques de prévention à respecter lors des différentes étapes


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site